We'll - Logotype RVB-01.png

Quelle place pour l’entretien collectif avec le distanciel ?


« L’évaluation des performances individuelles s’avère souvent contradictoire avec la réalité professionnelle, souligne François Gonin. D’une part, l’évaluation individuelle est méthodologiquement discutable, car il est difficile d’identifier précisément les contributions individuelles au sein d’un travail de plus en plus collectif. D’autre part, la réalité du travail – collectif – n’est pas prise en compte ni évaluée. » L’entretien individuel tendrait à perdre en attractivité et se fait progressivement remplacer par des entretiens collectifs.

L’entretien de fin d’année est fréquemment utilisé en entreprise pour évaluer la performance des collaborateurs ainsi que fixer les contours de leur parcours professionnel au sein de l’organisation.

Les raisons qui poussent les organisations à opter pour des entretiens collectifs sont nombreuses. Toutefois, ce type d’entretien ne s’improvise pas et demande une certaine organisation pour ne pas risquer de biaiser l’échange. A cette préparation s’ajoute le distanciel, facteur à prendre en compte pour faire perdurer l’exercice.


L’entretien collectif : mettre fin à l’unilatéralité


Selon une étude du cabinet Deloitte 95% des managers ne sont pas satisfaits du modèle de l’entretien individuel et 70% des RH le jugent inefficace et ceci pour plusieurs raisons.

La défiance repose entre autres sur le manque d’objectivité d’une telle méthode. Dans le cas d’un entretien individuel, le prisme du manager domine, occultant les liens collectifs et l’interdépendance des relations. Les relations humaines sont d’autant plus affectées que ces entretiens renforcent le rapport de subordination, en inadéquation totale avec les attentes des salariés. Les collaborateurs recherchent davantage de discussions, d’association et d’échanges.

Au-delà de l’unilatéralité, l’irrégularité du rendez-vous crée un sentiment d’injustice et de frustration. Les objectifs et les résultats évoluent constamment à l’inverse des entretiens qui se déroulent seulement 1 à 2 fois par an.


L’entretien collectif : un exercice à encadrer


Si l’évaluation collective semble être une solution toute trouvée, mal exécuté l’exercice peut avoir des effets néfastes. Évaluer un autre collaborateur n’est pas une tâche aisée. Sans préparation, les collaborateurs manquent d’outil pour pouvoir effectuer correctement l’exercice demandé. Envisager un travail de pédagogie auprès des équipes réduira les risques de mauvaises interprétations et commentaires. Évaluer les autres n’est pas innée et cela même pour les managers qui, avec les entretiens collectifs, doivent accepter de se remettre en question, de reconnaitre leurs responsabilités. Adopter une attitude humble envers ses équipes c’est aussi savoir reconnaitre et valoriser leurs compétences.


L’entretien collectif : s’adapter au distanciel


La crise sanitaire a vu s’installer le travail en distanciel. Celui-ci n’est en aucun cas un frein pour maintenir les entretiens collectifs. Des plateformes offrent des services pour rapprocher les équipes. Zoom, Klaxoon proposent des outils interactifs voir ludiques pour faciliter l’exercice. Cela n’occulte en aucun cas le travail préparatoire fait par les différentes parties afin de faciliter les échanges à travers un écran. Pour garder une dynamique dans les échanges, un administrateur désigné animera, distribuera la parole et rebondira durant les échanges.


L’entretien collectif fait sa place au sein des entreprises. Bien préparé, la plus-value pour le collaborateur se fait ressentir. Le distanciel n’enraye en rien le processus, plus que jamais il faut miser sur l’agilité.